Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Invité
Invité

De l'autre côté du miroir ⌁ Meng Arisa

le Jeu 3 Nov - 10:45
J'ai entendu dire qu'il y a un cirque en ville, mais je ne l'ai jamais vu, probablement parce qu'il se cache dans la forêt et que j'évite de m'aventurer trop loin hors des sentiers déjà tout tracés.  Venant tout juste d'arriver à Wonderland, je n'ai pas encore trouvé mes repères dans ce pays qui me donne l'impression de changer à tout instant. En fait, depuis mes dernières mésaventures dues à mes excursions, je me montre particulièrement plus méfiant quant aux explorations : il ne s'agit pas de quelque chose pour laquelle je me débrouille bien et même en ayant grandi dans les dédales des rues de Shanghai, je n'ai vraiment pas du tout le sens de l'orientation, je m'en rends bien compte maintenant que je suis face à des situations plus sérieuses que de m'être trompé de carrefour.  Et surtout depuis que je n'ai plus accès à Baidu map.  Une raison étant que mon téléphone portable n'a plus de batterie, l'autre étant que de base, il n'y a aucun réseau mobile dans cet endroit.  Remarquez qu'au final, je ne m'en plains pas vraiment, je regrette seulement de ne pouvoir utiliser mon téléphone pour la simple raison que je ne peux plus contempler les photos de Mei qu'il contient.  Malgré tout, je le garde comme un précieux trésor dans ma poche et le simple de l'effleurer du bout des doigts me rappelle le souvenir de ma tendre épouse.  Comme elle me manque.  Elle saurait sûrement quoi faire, perdue dans cet endroit étrange.

Bref, je ne m'attendais pas à tomber inopinément sur ce fameux cirque au cours de ma promenade matinale aujourd'hui, mais c'est bien ce qui est arrivé.  Comme quoi tout semble déterminé par le hasard ici.  Une sorte de destin imprévu, ou surtout impossible à prévoir.  Puisque je suis arrivé par mes propres moyens aux alentours de ces chapiteaux colorés, je décide d'en profiter pour explorer un peu autour de moi.  Il y a quelques gens, pas tous très normaux à mon avis, mais je m'abstiens de tout commentaire et je vais mon bout de chemin tranquillement, observant tout ce qu'il y a d'intéressant à voir d'une foire qui n'est pas encore en marche.  Il est probablement trop tôt et selon toutes apparences, il n'y a que moi comme seul spectateur pour les prestations qui n'ont pas encore lieu.

Tout cela me ramène à de vieux souvenirs bien gardés dans ma mémoire, d'une époque où vieillir était encore bien illusoire.  Mei et moi étions encore jeunes, on venait tout juste de se rencontrer.  Le cirque du soleil était de passage à Shanghai, on y était allé ensemble...  Le souvenir de feu ma femme se rappelle à ma mémoire pour des millions de raisons, c'est comme si tout me rattache à elle et je ne peux pas dire que j'aie envie de faire quoi que ce soit pour changer ce fait.  Si elle ne peut plus être physiquement à mes côtés, je continue de la porter dans mon coeur.

C'est pensif que je réalise le tour du terrain aux mille chapiteaux avant de me rendre compte que je n'ai plus du tout la moindre idée à savoir par où je suis passé pour arriver jusque là.  On m'a dit de me méfier des artistes de cette fête foraine alors je n'ose pas trop demander mon chemin.  J'observe silencieusement les quelques matinaux qui sont déjà debout, cherchant quelqu'un qui soit un peu plus digne de confiance.  Je sais que se fier aux apparences est en général une très mauvaise idée, mais manque de recours, on fait comme on peut.  J'écarte rapidement quelques candidats un peu trop loufoques dont je crains un peu l'apparence avant de l'apercevoir, elle.

Au début, je ne crois qu'il ne s'agit que le fruit de mon imagination, mais je ne peux m'empêcher de poser mes yeux sur elle à plusieurs reprises.  Ce visage, je le connais par coeur.  C'est celui de la jeune fille que Mei a sauvegardé de la mort.  Mon coeur se serre un instant : je devrais détester cette gamine pour m'avoir arraché l'amour de ma vie, mais je ne le peux pas.  Mei s'est sacrifiée pour elle après tout, sa dernière volonté en ce monde, c'était de protéger cette enfant.  Inconsciemment, j'en ai aussi le désir, c'est pour cela que depuis l'accident je vais la visiter tous les jours à l'hôpital... Mais alors qu'est-ce qu'elle fait ici?  Ou plutôt, comment sommes-nous arrivés au même endroit?  Parce que je suis certain que tout cela n'est pas un rêve, c'est bel et bien réel.

Au final, je ne peux pas m'empêcher de l'approcher.  Puis bon, il faut l'admettre, elle a l'air plutôt réservée et timide, je ne crois pas que ce soit elle qui m'apporte beaucoup de problèmes.  Je m'approche doucement d'elle et je me racle la gorge lorsque je suis à portée d'écoute pour attirer son attention.

« Euh, mademoiselle? Est-ce que je peux vous ennuyer un instant? »

Pour le moment, je vais éviter de parler de l'autre monde.  Après tout, elle ne m'a jamais vu moi, peut-être même qu'elle n'a même pas le souvenir du visage de mon épouse.  Puis, je ne voudrais pas lui donner l'impression de la blâmer pour le décès de ma femme, parce qu'au fond de mon coeur ce n'est pas le cas.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum